Un projet en famille

Pendant pas mal d'années, nous avons regardé les domaines viticoles français et un peu rêvé de  partir là-bas, acheter un vignoble et changer de vie....Avec le temps, l'idée est restée mais l'attachement à nos racines et la découverte de quelques vignobles wallons, nous ont finalement convaincus de tenter l'aventure ici.

Il y a 50 ans, nos parents ont acquis une petite propriété du 18ème siècle , à Villers-Le-Temple , dotée de quelques hectares de terres.  Les terrains n'ayant jamais été exploités, aussi, l'idée d'y  planter des vignes est finalement apparue comme une belle opportunité.

Tout était cependant à créer, il fallait analyser les sols, déterminer les cépages à planter, nos futurs vins, les équipements pour travailler dans les vignes, la charge de travail, la taille du chai, la cuverie, les méthodes de vinification,..... et vérifier la rentabilité du projet.

Nous avons décidé de relever ce défi à deux et de créer le Vignoble des Templiers.

 

 

Sonia & Christian

Après avoir vécu près de 15 ans à Charleroi, nous sommes revenus vivre en région liégeoise, près de Huy avec nos trois enfants . Travaillant tous les deux dans un secteur technique, nous n'avions pas d'expérience agricole, ni de connaissances suffisantes pour démarrer un vignoble. 

Pour y palier, nous suivons, depuis 2020,  une formation de viti-viniculture à l'IFAPME de Villers-Le-Bouillet. Une formation  de deux ans qui nous permet d'acquérir les bases  techniques nécessaires mais aussi de rencontrer de nombreux acteurs dynamiques et compétents de la viticulture wallonne.

Nous avons commencé petit, avec 2 hectares et nous espérons nous agrandir jusque 8 ou 9 hectares d'ici quelques années.

La Tour au bois

Bâtie à la fin du 18ème siècle, par le dernier administrateur des biens de la Commanderie de Villers-Le-Temple, la propriété de la Tour au Bois est un lieu paisible , classé au patrimoine de Wallonie.  Si vous y venez, vous pourrez y apprécier la quiétude et le côté un peu intemporel du lieu. Il n'a pas vraiment changé depuis 200 ans.

La bergerie de la Tour au Bois

La Tour au bois est familiale. Gabrielle,  ma sœur, a décidé, elle aussi, de démarrer une activité lui permettant d'être plus en contact avec la nature. Elle vient donc de créer, avec son mari Christophe, La Bergerie de la Tour au Bois. Un élevage de moutons zwartbles avec pour objectif la production de fromages.  Et, si les moutons sont "ccopératifs" ils désherberont aussi l'inter-rang des vignes. Une bonne synergie en perspective.

Un fragment d'histoire familiale

A la fin du 19eme siècle, les vignobles européens ont été touchés par la grave crise du Phylloxera. Avant d'arriver à la solution actuelle  des portes-greffes américains, de nombreuses tentatives ont été faites pour éradiquer ce ravageur. Mon arrière grand-père, Adolphe Eymael ,  industriel chimiste, s'était également lancé dans cette bataille et breveté une solution à base de sulfure alcalin, de Na2C03  et de  sulfate d'alumine. 

Aujourd'hui encore, je conserve ce petit fragment du passé qui nous rattache un peu à l'histoire de la viticulture.

 

 

Nos spécificités

Beaucoup de vignobles s’implantent, aujourd'hui, en Wallonie, chacun avec ses spécificités. Voici les nôtres.

 

Créer un vignoble en Condroz

 

Le Condroz est fertile mais sa terre reste malgré tout peu drainante. La vigne n'aime pas l'excès d'eau, ni ses racines, ni ses feuilles qui subissent de multiples attaques de champignons.

Notre challenge sera de parvenir à réguler cette humidité et favoriser l’enracinement de la vigne.

Parier sur les nouveaux  interspécifiques

Nous avons débuté avec des valeurs sûres mais nous comptons privilégier  les tous nouveaux interspécifiques allemands (comme le Calardis), français (comme le Voltis) et Italien (comme le Pinot Bianco Piwi 109-033)

Travailler en coopérative

 

Démarrer coûte cher mais démarrer seul peut-être encore plus difficile.

Pour les petites surfaces dont nous disposerons, la création d'un chai spécifique au vignoble nous apparaissait comme illogique.  C'est pourquoi nous voulons opter pour l'expérience en coopérative.

 

Maintenir & développer la biodiversité

La vigne est une monoculture, Ceci n’est pas idéal. Pour cette raison, nous devions réfléchir au moyen de développer de la biodiversité dans les espaces viticoles et ainsi maintenir l’équilibre de la nature.

Pour cela : nous allons restaurer l’ancien verger hautes tiges , héberger les ruches d’un apiculteur, créés des prés fleuris en contrebas des vignes , favoriser les abris pour les rapaces et enherber les parcelles.